AccueilVoiture / motoConnaître le coefficient bonus de l'assurance auto

Connaître le coefficient bonus de l’assurance auto

Le coefficient bonus est essentiel pour chaque assuré, mais quel est son fonctionnement et comment le calculer ?

Nous répondons à vos questions dans cet article.

Qu’est-ce que le coefficient bonus ?

Le coefficient bonus, appelé aussi bonus malus ou CRM, détermine le montant de la cotisation assurance de l’assuré. C’est un système permettant de calculer le montant de la prime d’assurance auto d’un conducteur de voiture. Il est appliqué par l’assureur en fonction du tarif de l’assurance choisie. Ce coefficient fonctionne à échéance annuelle. En fonction de celui-ci, une majoration ou une réduction peut s’appliquer à la prime d’assurance du conducteur.

Le CRM figure sur le relevé d’information transmis par l’assureur une fois dans l’année, avant la date d’échéance du contrat. Sauf pour les assurances auto temporaires qui ont un fonctionnement différent et ne fournissent donc pas de relevé. Si le conducteur souhaite consulter ce relevé d’information en dehors de la date de transmission par l’assureur, il peut en faire la demande.

Comment se calcule le bonus malus ?

L’assurance calcule le coefficient du conducteur en fonction de son historique d’assuré. Cela signifie qu’elle prend en compte l’ensemble des accidents corporels, matériels ou sinistres dont il a été responsable ou partiellement responsable et leur type. Conséquemment, plus les accidents sont fréquents, plus le malus est élevé. Si c’est la première souscription à une assurance auto, pour un jeune conducteur par exemple, alors le coefficient bonus est fixé par défaut à 1.

Si l’assuré n’a déclaré aucun accident dans l’année, alors il bénéficie d’un bonus. Pour le calculer, il suffit de multiplier son dernier coefficient par 0,95. Le coefficient maximal pouvant être atteint est de 0,50. Si le coefficient du conducteur reste à ce maximum durant trois ans, il n’aura alors pas de malus lors de son premier sinistre responsable.

En revanche, s’il déclare un accident, son taux sera majoré en fonction de son degré de responsabilité dans l’incident ou sinistre. Son taux d’assurance augmentera alors. Le nouveau coefficient est calculé en multipliant son dernier coefficient bonus malus. Par 1,125 pour un accident dont le conducteur est en partie responsable et par 1,25 s’il est totalement responsable.

Un conducteur ayant eu des incidents ne reste pas définitivement en malus, son coefficient peut revenir à 1 s’il réalise deux années consécutives sans sinistres.

De quelle manière se transfère le bonus malus ?

Le coefficient bonus est appliqué chaque année suite au relevé de situation recensant les éventuels accidents matériels ou corporels de l’assuré. Il fonctionne pareillement d’une assurance à l’autre. Le CRM de l’assuré est conservé, même s’il change de véhicule ou d’assurance auto. En cas de changement, le dossier sera automatiquement transféré au nouvel assureur. Le coefficient du véhicule ne se modifie qu’en cas de changement de conducteur. Même si le véhicule reste le même, à chaque nouveau conducteur, le CRM change, puisqu’il dépend directement des accidents causés ou partiellement causés par la personne conduisant le véhicule.

Dans le cas d’un changement d’assurance, le conducteur conserve son coefficient bonus. Il doit simplement présenter un relevé d’information à son nouvel assureur.

Quels véhicules sont concernés par le coefficient bonus ?

Tout véhicule terrestre à moteur peut être soumis au bonus malus, qu’il soit conduit par un expérimenté ou un apprenti. Seuls les 2 ou 3 roues jusqu’à 123 m3, les véhicules et matériels agricoles, le matériel forestier et de travaux publics, les véhicules d’intérêts généraux et les véhicules de collection sont exclus de cette réglementation.

Le bonus a-t-il un impact sur les garanties d’une assurance auto après les intempéries ?

Les intempéries, qu’elles se manifestent sous forme de tempêtes, de pluies torrentielles ou de grêle, peuvent causer d’importants dommages aux véhicules. Face à ces événements climatiques dévastateurs, le conducteur se demande légitimement : qu’en est-il de mon bonus d’assurance auto ? Il est possible d’assurer son auto contre les intempéries en optant pour la meilleure couverture.

En réalité, le bonus d’assurance auto, fruit d’une conduite exemplaire, peut jouer un rôle crucial après les intempéries. Lorsque votre véhicule subit des dommages, l’assurance intervient pour couvrir les réparations. Si vous êtes assuré tous risques, les garanties s’appliqueront sans distinction de cause, incluant les sinistres liés aux intempéries.

Toutefois, l’impact du bonus peut se faire ressentir au niveau financier. Les compagnies d’assurance octroient des réductions de prime à ceux qui parviennent à maintenir un bonus élevé au fil des années. Après un sinistre, même dû aux intempéries, une déclaration de sinistre pourrait entraîner une hausse de votre prime à l’échéance suivante. C’est là que l’importance du bonus entre en jeu. Un bonus élevé peut amortir cette augmentation, tandis qu’un faible bonus pourrait la renforcer.

De plus, la garantie de protection du conducteur, souvent associée à un bonus élevé, peut jouer un rôle salvateur en cas de blessures suite aux intempéries. La sécurité du conducteur devient alors une préoccupation primordiale.

Le bonus d’assurance auto peut influencer vos garanties et le coût de votre assurance après les intempéries. Même si les dommages liés aux conditions climatiques sont généralement pris en charge, le bonus peut atténuer les conséquences financières et jouer en faveur de votre protection. N’hésitez pas à solliciter votre assureur pour comprendre comment votre bonus pourrait impacter votre couverture en cas d’intempéries.